Couteaux japonais, l’arme secrète des cuisiniers


Cuisiner, Gastronomie japonaise, Ustensiles de cuisine, Vaisselle japonaise / mardi, juin 8th, 2021
3 min de lecture

Ils sont parmi les plus plébiscités au monde. Appréciés des plus grands chefs étoilés et des meilleurs cuisiniers, les couteaux japonais ont décidément la cote. Et pour cause, la précision de leur coupe, la qualité des matériaux et leur solidité ne sont plus à prouver. Voici tout ce que vous devez savoir sur ces couteaux venus du pays nippon.

Des matériaux résistants et solides

La spécificité des couteaux japonais réside dans les matériaux qui les composent et leur forte teneur en carbone. En effet, l’acier japonais est composé de plus de 0,8% à 1,5% de carbone, étant à l’origine de la dureté de la lame. Traditionnellement, l’acier est forgé selon deux méthodes millénaires :“honyaki” et “kasumi”. La première consiste à utiliser une seule pièce d’acier pour la fabrication en la forgeant selon une technique employée pour les sabres samouraï, tandis que la deuxième allie l’acier “hagane” et le fer jigane”.

Aujourd’hui, c’est l’acier damas qui est devenu le plus répandu dans la fabrication des couteaux, ayant prouvé sa grande résistance et durabilité dans le temps. Il faut par ailleurs se fier au pourcentage de carbone dans la lame, qui détermine la dureté du couteau. Quant au manche, il est la plupart du temps composé de bois de bouleau de forme octogonale ou en fer du désert.

Des couteaux d’exception

Si le couteau japonais est autant apprécié des chefs, c’est parce qu’il se démarque par sa qualité et sa solidité. En effet, il permet des coupes très précises sur les aliments, que ce soit la viande, le poisson ou encore les légumes. Vous pourrez trouver de très bon couteaux japonais parmi la sélection de couteaux de Super Marmite. En la matière, la marque Kai est experte sur le marché français et propose toute une gamme de modèles. Efficacité, design, résistance : les couteaux japonais possèdent de nombreux avantages pour toutes celles et ceux qui sont de véritables cordons bleus. Il est donc fortement recommandé d’en prendre soin et de bien les nettoyer, afin de maximiser leurs performances et leur permettre de durer plus longtemps.

L’art culinaire à la japonaise

La préparation des aliments au Japon fait partie de rituels précis. Ainsi, à chaque aliment son couteau, afin de permettre la plus grande précision de découpe. Parmi les modèles principaux, on retrouve :

  • Santoku : Il convient pour découper à la fois la viande, le poisson et les légumes. En raison de sa polyvalence, son nom signifie “trois vertus” en japonais.
  • Yanagiba : Il est idéal pour couper les sashimis et préparer le poisson des sushis. Cela représente une pratique à la limite du sacré au Japon.
  • Nakiri : Celui-ci permet de trancher les légumes grâce à sa lame large et rectangulaire.
  • Deba : Il s’agit du couteau japonais traditionnel avec une longue lame. Il est utilisé pour couper le poisson, mais aussi les os, les filets ou les carapaces.
  • Usuba : Il ressemble beaucoup au Nakiri, mais s’en distingue en étant plus lourd et plus fort. Sa lame est aiguisée d’un seul côté, pour trancher avec plus de précision.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *