Qu’est ce que le vin bleu ?


Mes découvertes / mercredi, juillet 10th, 2019
3 min de lecture

Nous connaissons tous le vin rouge, le vin blanc et le rosé, des produits du terroir français plébiscités et appréciés dans le monde entier, pour leur finesse et leur qualité. Mais avez-vous déjà entendu parler du vin bleu ? Cette nouvelle boisson alcoolisée, qui a fait son apparition au cours de l’année 2018, a largement fait parler d’elle lors de son lancement. Est-elle aussi qualitative qu’un vin de Bordeaux ? Quelle est sa méthode de fabrication ? Que faut-il en penser ? Faisons le point, sur ce produit peut-être naturel, mais sans aucun doute 100% marketing.

Le vin bleu : d’où provient-il ? Quel est son procédé de fabrication ?

Le vin bleu, appelé Vindigo, est fabriqué en Espagne et commercialisé à Sète, en France. Le souhait de ses producteurs, un petit groupe d’entrepreneurs français ? Apporter une touche de couleur et de l’innovation, et pourquoi pas détrôner le vin de Bordeaux et de Bourgogne. Toutefois, le vin bleu ne date pas d’hier. En effet, on le retrouve dès le 19ème siècle en Corse, où il est commercialisé sous le nom d’Imajyne.

Mais alors, comment est produit Vindigo ? Eh bien, contrairement à un vin de Bordeaux ou de Bourgogne, celui-ci fait intervenir dans sa fabrication la peau des raisins rouges, contenant des anthocyanes, mélangée à un cépage de Chardonnay blanc. D’après ses producteurs, c’est cette substance qui permettrait d’apporter la couleur bleue à la boisson.

Néanmoins, d’après une étude scientifique réalisée par le magazine Science et Vie, difficile d’obtenir une telle teinte. Pourquoi ? Faut-il se méfier du vin bleu ?

Faut-il se méfier du vin bleu ?

Le magazine Science et Vie invalide les allégations des producteurs du Vindigo. En effet, les anthocyanes ne sont en mesure de teinter le vin qu’en présence d’un pH supérieur à 7. Or, tous les amateurs d’œnologie le savent, le vin de Bordeaux, de Bourgogne, ainsi que toutes les boissons similaires possèdent un pH, situé entre 3 et 4. De ce fait, il est possible d’affirmer que le processus de colorisation du vin n’est pas naturel, mais bien artificiel.

Néanmoins, lors de la commercialisation de l’Imajyne, des tests ont été réalisés pour déterminer l’origine de la couleur bleue et identifier clairement la présence d’un colorant artificiel. Ces analyses n’ont pas permis de déceler un apport en E131, le colorant bleu utilisé dans l’industrie agro-alimentaire.

Aussi, le doute plane, quant au caractère naturel de la couleur bleu du Vindigo ou de l’Imajyne. Mais alors, faut-il pour autant bouder ce produit ? Qu’en est-il de sa qualité gustative ?

La dégustation du vin bleu

Même si le Vindigo ou l’Imajyne ne sont pas en mesure de détrôner un vin de Bordeaux ou de Bourgogne, ceux-ci n’en sont pas moins inintéressants. C’est vrai, on constate des notes acidulés et fruités intrigantes et très originales, qui ne manqueront pas de rappeler aux connaisseurs le Chardonnay, ainsi que les arômes d’un rosé. On y retrouve des notes de mûre, de cerise, ainsi que de fruits de la passion. Même s’il ne s’agit pas d’une grande boisson, le vin bleu peut parfaitement accompagner un apéritif.

Moins fort en alcool que le vin de Bordeaux, il est également plus court en bouche et tartrique. Nous recommandons vivement aux curieux de faire leur propre expérience et de le goûter. En effet, ce produit ne vous laissera pas indifférent. D’autre part, vous allez faire forte impression, au moment de le servir. Et pour tout savoir sur les meilleurs accords mets-vins, rendez-vous dans la catégorie Cuisine du blog les-histoires-de-lea.fr

Qu’est ce que le vin bleu ?
5 (100%) 6 vote[s]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *